Tania Dutel : “Avec l’âge, j’ai l’impression d’être plus légitime à parler de sujets de fond”

Tania Dutel se produit les dimanche et lundi à partir de 21H au Théâtre Le Point Virgule pour son talentueux et subtil spectacle sobrement nommé Tania. On dit subtil parce que le propos, en étant profond, n’est pas forcément militant. Alors quand, en plus, c’est marrant… autant de raisons qui nous ont poussé à la recevoir !

Comment tu te définirais artistiquement et humainement ? 

Je suis tout simplement une standuppeuse. Humainement je suis quelqu’un de gentille qui a l’air d’une grosse connasse au premier abord. C’est un peu chiant. On me le dit tout le temps. 

Est-ce qu’elle vient d’une volonté de te protéger ? 

J’ai commencé dans le milieu quand j’avais 19 ans, il y avait beaucoup de gars qui ont essayé de profiter de moi. Des vieux mecs qui me disaient “je vais faire un film t’auras le rôle principal”, ils se disaient “elle, c’est sur qu’elle va me sucer pour avoir quelque chose”, sauf que dans la vie j’ai jamais fait ça. Donc, au bout d’un moment, j’étais obligé de mettre une barrière pour que les gens arrêtent de venir me parler aussi facilement en croyant que j’allais coucher avec eux. 

On a un point commun tous les deux, on note absolument tout ce qui se passe autour de nous, c’est sans doute relié à une angoisse… 

Pendant la période où je ne faisais que des plateaux, et pas encore mon spectacle, je stressais pour chaque plateau. Après, quand j’ai eu mon spectacle, je ne stressais plus pour les plateaux mais pour mon spectacle. 

Est-ce qu’à 30 ans, sur scène, on sent une maturation artistique ? 

Je ne sais pas, ça dépend depuis combien de temps tu es sur scène. Effectivement, à 30 ans, on a plus de choses à dire qu’à 20 ans, et on en a moins à dire que plus tard. Le truc dont je me rends compte, c’est que je le jour où j’ai eu 30 ans c’est de m’être senti plus légitime quand je parle de trucs où les gens, avant, me disaient, lorsque je parlais de choses de fond, me répondaient “non mais t’as encore la vingtaine”. Avec l’âge, j’ai l’impression de devenir légitime. 

Le stand-up en France a-t-il encore du mal avec les sujets de fond ? 

Les stand-uppers le font de plus en plus. Le public réagit plutôt bien à ça. Il faut juste bien faire les blagues. Beaucoup d’humoristes veulent faire des blagues sur le la racisme etc etc, mais ils vont dans la provocation. Tu peux faire de la provocation, mais il faut que ce soit bien fait. Y en a beaucoup pour qui ce n’est pas bien fait, c’est ça le problème… 

Tu abordes les sujets que tu abordes dans ton spectacle parce que tu les as vécu. Quelqu’un qui n’a pas vécu le racisme peut-il en parler sur scène ? 

J’ai eu cette discussion avec Shirley Souagnon, qui nous pousse un peu à parler de sujets comme ceux-là, de la condition des noirs, etc etc. Ils ont un plateau qui se nomme le CFA, auquel je participe. Je ne l’ai pas subi ce racisme-là, mais j’ai trouvé mon angle : je fais partie des gens qui, aux repas de famille, répondent systématiquement “Non” aux choses qu’ils entendent. Quand je parle des femmes noires, je parle aussi de leurs conditions de femmes. 

Est-ce que tu voudrais que ton propos soit encore plus militant ? Est-ce que c’est une chose que tu recherches ? 

Cela dépend des moments, car pendant toute une période j’étais partie sur le hashtag #MeToo, je faisais des blagues sur les propos de Brigitte Lahaie, qui disait qu’on pouvait “jouir lors d’un viol”, qu’elle “regrettait de ne jamais avoir été violée pour pouvoir dire qu’après on s’en sortait”, il y avait alors un côté militant. On ne peut plus garder ça pendant des années parce que ce n’est plus d’actualité. J’aime aborder ma vie pour raconter des faits de société, mais pour que les gens t’écoutent je pense qu’il ne faut pas être trop militant. Jamais, dans mon spectacle, je ne dis le mot “féminisme” par exemple. C’est important pour moi de ne pas avoir un côté trop militant parce que j’ai l’impression que le message passe mieux.

C’est quoi BLONDE COMEDY ?

Blonde c’est un média, une agence évènementielle, un studio de production.

Ici, vous pouvez :