Rois des années 2000, ils ont disparus des radars

ces stars de l'humour et du stand-up qui disparaissent

Ils étaient des idoles, des stars, valeurs sans cesse montantes dans l’humour-game. Malheureusement, sans pour autant avoir complètement abandonné ce qui reste une drogue dure (on parle du stand-up), forcé de constater que leur apparition se fait de plus en plus rare… On a écrit cet article en essuyant nos larmes. Ils étaient des idoles, des stars, valeurs sans cesse montantes dans l’humour-game. Malheureusement, sans pour autant avoir complètement abandonné ce qui reste une drogue dure (on parle du stand-up), leur apparition se fait de plus en plus rare… On a écrit cet article en essuyant nos larmes.

Titoff, le standuper marseillais

Celui qui, sur scène, enchaînait des vannes qui racontaient beaucoup ce qu’est la France profonde (peut-être de façon plus précise encore que Bigard) et celle d’aujourd’hui, n’a (hélas ?) plus de spectacle et ne rôde plus des sketchs sur des scènes parisiennes (dommage, on l’aurait bien invité à boire un coup au Blonde Comedy Club). On se souvient avec délice de son accent provençal (un vrai Marseillais) où il racontait les mésaventures de son Oncle Dédé… Pas de panique pour les aficionados ! Il est à l’affiche

Patrick Bosso, en rodage de son prochain spectacle

L’autre humoriste du sud de la France, chouchou des médias il y a encore de ça quelques années, s’est fait plus discret. Néanmoins, il continue de rôder un peu partout son spectacle “Sans accent”, où il revient sur son enfance à Marseille, avec ses calanques, son Vélodrome qu’il fréquente à tous les matchs. Une vie plus paisible, moins stressante.

Les Inconnus, le trio brisé

Vont-ils se reformer un jour ? Rien n’est moins sûr, tant les trois compères, dont ce n’est pas l’envie qui manque, sont toutefois retenus par quelques inimitiés qu’on doit au succès inévitable de leurs films et spectacles. Au fur et à mesure que le temps passe, on a autant de chance de voir ces trois-là se reformer que Patrick Balkany libre de tout soupçon.

Arnaud Tsamere, perdu à la télé

Celui que Laurent Ruquier a révélé dans On ne demande qu’à en rire a fait office de jocker dans la version low-cost du Juste Prix sur TMC l’été dernier. Ah ça, c’est sûr que n’est pas Lenny Bruce qui veut, surtout après être passé d’humoriste plein d’espoir à vanneur dans des télécrochets.

Florent Peyre, au service de TF1

Lui aussi enfant (façon de parler) de Laurent Ruquier, on ne voit plus beaucoup Florent Peyre. On espère que ce ne sont pas les cabrioles consternantes qu’il effectue chez Arthur le vendredi soir (alors que tout le monde boit des coups dehors, faites-en autant) qui empêchent son processus créatif. Ce serait dommage parce qu’il a du talent.

Laurent Gerra, distancé par Canteloup

L’ancien imitateur préféré des français (Canteloup l’a remplacé mais on ne sait même pas si c’est mieux) semble, au fur et à mesure que le temps passe, sombrer dans le souvenir de ses imitations de Johnny et Michel Sardou à l’Olympia… Sauf que… Sauf que ça ne suffit pas. Il continue cependant de faire rire la France de la radio RTL où il tient une chronique quotidienne.

Dernier humoriste qu’on avait envie de citer, qui, le concernant, se drapera à nos yeux dans le manteau de l’hommage. Christophe Salengro, disparu à 65 ans, tenait haut le drapeau de la présipauté de Groland, laissant à des millions de Grolandaises et Grolandais un deuil infini.

C’est quoi BLONDE COMEDY ?

Blonde c’est un média, une agence évènementielle, un studio de production.

Ici, vous pouvez :