Netflix, nouveau bulldozer de la culture standup

Netflix est devenue la première plateforme de distribution de standup dans le monde
Netflix et le stand-up

Avec plus de 115 spectacles répertoriés, la plateforme netflix ne se résume plus à ce qu’elle était il y a encore quelques années. Soit une incroyable machine à produire du divertissement fictionnel sous forme de pop culture acidulée, aujourd’hui netflix c’est LA première plateforme de diffusion du standup.

Car Netflix c’est aussi devenu la première plateforme de distribution de stand-up au monde. A tel point que « d‘avoir son special » est devenu le Graal des humoristes les plus bankables, et ce n’est pas complétement irrationnel de l’espérer. Entre 2018 et 2019 netflix a uploadé une bonne cinquantaine de nouveaux spectacles, la tendance s’accélère de manière exponentielle.

Si la grande (très grande) majorité des spectacles distribués sont encore américains, les français commencent à se faire une place non négligeable sur le catalogue. Signe que le stand-up FR a de beaux jours devant lui. On compte une vingtaine de français, avec une mention spéciale pour Gad Elmaleh qui affiche pas moins de six spectacles, dont un « spécial », spectacle entièrement produit par la plateforme.

Sur les relations de Gad Elmaleh avec Netflix on vous conseille d’écouter cet épisode de l’excellent podcast de Louis Dubourg. Dans lequel il raconte comment la production de Netflix US lui a commandé et l’a accompagné sur ce spectacle. En allant jusqu’à lui suggérer le nom (ndrl : American Dream).

Il n’y aura qu’un survivant parmi les plateformes de stream

Le pouvoir de Netflix sur le stand-up est monopolistique, les plateformes françaises, historiquement habituées à distribuer du stand up comme la chaine « Comedy ! » sont tombées dans les oubliettes de cette guerre. Quelques startups orientées « spectacle vivant » comme Scenso.tv qu’on aime beaucoup, essayent tant bien que mal de créer un catalogue susceptible de pousser les amateurs à s’y abonner, elles peinent cependant à trouver l’audience nécessaire pour se développer correctement.

La recette du succès d’un special tient en fait à la communication qui lui est associée. Blanche Gardin en est un parfait exemple. Après avoir tourné son spectacle « Je parle toute seule » à l’Européen, celui-ci est produit et diffusé par Netflix. La plateforme met les moyens nécessaires pour en faire la promotion : des images du spectacle capté s’affichent partout sur les panneaux de la capitale. A l’image de Fary pour « Fary is the new black », la diffusion d’un spectacle sur Netflix c’est également le moyen parfait de recycler un show qui ne se joue plus sur scène. Et de promouvoir le suivant.

Des formats inédits

A l’image d’un art qui se consomme aujourd’hui autant en « sets » qu’en spectacle d’une heure trente, Netflix innove. On pense à l’émission « humoristes du Monde » au sein de laquelle la plateforme met en avant des comiques au gré d’épisodes qui ne dépassent pas trente minutes, entièrement dédiés à la captation (on en parlait avec Shirley juste ici).

Ce sont des « spectacles originaux », qui se consomment très rapidement. Ils permettent de faire un tour d’horizon de la foisonnante créativité scénique mondiale en un clin d’oeil. Cette innovation dans les formats participe également à offrir une tribune à des humoristes moins connus que ceux qui jouissent de l’audience nécessaire pour que Netflix s’intéresse à la diffusion d’un spectacle entier. On pense notamment au passage de la très talentueuse Tania Dutelle, parisienne chic et drolatiquement féministe dans la série.

Le succès à double tranchant de netflix dans le standup

La profusion du catalogue de la plateforme américaine peut cependant créer des dommages collatéraux. Pour les humoristes débutants elle offre à la fois un accès sans limite aux « Grands » de la discipline mais elle peut aussi contribuer à une certaine uniformisation du genre. Puisque que 90% des contenus sont d’origine anglo-saxonne, les standards du public ont tendances à se caler sur le flow et la culture humoristique de nos amis d’outre-Atlantique. On ne peut que constater par exemple l’absence d’humour absurde ou de création plus orientées « sketchs » que « stand-up » sur la plateforme américaine. Un Monsieur Fraize aurait selon nos standards franchouillards une place dans le panthéon de l’humour contemporain, mais reste absent du catalogue.

Autre signe qui montre que les français ont encore du mal à appréhender le phénomène. On constate l’absence de talks humoristiques à la française car les circuits de production et de distribution nationaux sont des concurrents directs de netflix. Le Burger quizz d’Alain Chabat version 2.0 ne pourra par exemple jamais se retrouver sur la plateforme star car l’émission est aujourd’hui produite par TF1 et diffusée sur TMC. Ceci malgré que l’audience cible ait déserté les programmes de flux télé pour concentrer son temps efficace de divertissement sur le net : netflix compte aujourd’hui près de 5 millions d’abonnés français et se rapproche des 8 millions d’abonnés à Canal+ répertoriés en 2018.

Le théâtre à la télé, c’est pas si nouveau !

Reste que netflix n’a rien inventé outre l’incroyable profusion de son offre et son statut de nouvelle icône de la pop culture et du binge watching. On rappelle tout de même que le spectacle vivant capté et diffusé a été inventé dès les années 50 quand une poignée de réalisateurs ont compris l’incroyable porosité du théâtre à la télé.

On ne résiste d’ailleurs pas à l’idée de vous montrer la vidéo INA de 1966 qui suit en guise de conclusion.

Enregistrée au théâtre Marigny, elle montre les efforts de réalisation nécessaires pour adapter une pièce de théâtre à la télévision sur l’ORTF de l’époque. Nous ne sommes finalement pas loin du temps où une voix d’outre tombe pouvait sortir du rideau de la salle avant que le spectacle ne commence. « Vous êtes confortablement installés dans un théâtre mais vous êtes également dans un studio de télévision (…) qui dit studio de télévision dit émission, cette émission est enregistrée et nous avons besoin de vous, de votre collaboration car vous êtes le public “.

https://fresques.ina.fr/en-scenes/parcours/0008/le-theatre-a-la-television.html

C’est quoi BLONDE COMEDY ?

Blonde c’est un média, une agence évènementielle, un studio de production.

Ici, vous pouvez :